Naissons nous mamans ?

Je suis devenue maman depuis bientôt 3ans. Ça a été la plus dure épreuve de ma vie. J’avais avant cela, des idées bien arrêtées, comme quoi, nous avions nous les femmes, ce don en nous, que c’était inné. Nous étions mère au fond de nous avant même de le devenir. Selon moi, devenir mère était simple, et  je ne me posais aucune question. J’avais eu une bonne mère, donc je serais une bonne mère, et les réponses seraient là au moment venu. Quelle ne fut pas ma déception de voir que tout était bien différent de mes idées préconçues. Quelle ne fut pas ma détresse face à tout ce chamboulement dans ma vie… tout était bien différent de mes idéaux passés.

Je vais donc te raconter ma naissance en tant que mère…

mamansAprès  l’accouchement, on nous apprend les basesdu bien être du bébé… le repas quand il a faim, le changement de couches, le bain… et quelques petites astuces. Certaines puéricultrices nous regardent de haut, comme si on fait mal certaines choses, et d’autres comprennent, que nous sommes novices en la matière.

On nous apprend des bases, et au bout de 3jours, on se retrouve dans un parking, avec une nouvelle vie entre les mains. Une vie qui nous semble fragile, et surtout, qui est complétement dépendante de nous, nouveau parents.

Je me rappelle notre retour de la maternité. La première nuit dans notre chez nous avec ce petit crapaud de 52cm… cette inquiétude de ne pouvoir faire face à la moindre situation. Pleurs, faim, sommeil… tant de choses si simples en apparence à affronter du jour au lendemain.

Des questions qui se chamboulaient, et une guerre des nerfs avec moi-même qui commençait. Je m’affole, des qu’il pleure, je me pose pleins de questions, la faim, vite le biberon… il pleure encore, la couche… non elle est propre… il pleure encore, le dodo… non, il refuse de dormir… mais quoi alors bon dieu de merde??? froid? chaud? Rien, aucune réponse, mais des pleurs qui ne cessent pas… Nos heures de sommeil s’amenuisent, la fatigue est la, les nerfs lâchent, des disputes arrivent… on se déchirent.

La maternité n’est elle pas sensée être merveilleuse? NON… pour moi, c’est l’horreur.

C’est ça être mère? avoir le bide relâche, être fatiguée, ne plus pouvoir prendre soin de moi, ne pas pouvoir dormir? ne pas pouvoir manger à heure fixe, refusée de sortir, par grosse fatigue, se disputer avec mon chéri poutou avec qui tout allait bien jusqu’à présent??? se sentir frustrée de tout.

Je ne suis pas d’accord, pour moi ce n’est pas ça… dans ces chers magasines, ils montrent toujours des femmes superbes avec des bébés souriants… serait ce des mensonges?

Je réclame un SAV, mais non, ça n’existe pas… on me dit, tu verras ca va passer, tu vas te retrouver en tant que mère, et en tant que femme… je n’y crois pas, je dors peut être 2h par chance d’affilée, et ma vie de femme me semble foutue… quant à ma vie de mère, je ne la trouve pas, et ca c’est vraiment frustrant. Je ne mes sens pas à l’aise dans ce rôle, et je pense faire mal. Je me sens mal.

Les semaines passent… les mois passent… et l’assurance de ce nouveau rôle arrive. Je m’affole moins, je commence à dompter la bête et arrive à prendre certaines décisions. Ces cris me font moins peur. Je comprend que ce petit être est le mien, je peux prendre des décisions quant à son bien être, je peux également savoir par moi même comment l’éduquer… Mon instinct s’affine.

Voila 2ans et demi maintenant… et quand je repense à ce début, je souris… je me dis que j’ai été bien bête de douter de ma capacité à devenir une maman… Car mon crapaud lui ne doutait pas, je sais qu’au fond de lui, il me disait : « ma petite folle de maman doudou, tu doutes, mais moi je crois en toi, tu seras la meilleure des mamans à mes yeux, avec tes qualités, mais
surtout tes énormes défauts que je détesterais quand tu me puniras (ben ouais!), t’inquiète, je t’aime même si tu fais des erreurs, et promis… je t’en voudrais pas jusqu’à mon adolescence…  »

Et tout ca, malheureusement on ne nous l’enseigne pas, ni dans notre vie d’avant maman, ni à la maternité, ni dans ces foutus magasines… non, on nous lâche dans l’arène, et c’est à nous de trouver nos marques, à nous de se forger notre capacité à devenir une maman…Je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre, mais à aujourd’hui, je suis heureuse, même si j’ai eu de gros doutes, je suis heureuse de faire encore des erreurs, car c’est ca qui me permet de grandir en tant que maman.

Et vous comment avez vous vécu votre nouveau rôle?

Post Author: hubwin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *